Dans une vision prophétique, le Seigneur Jésus dit à Sainte Mariam de Jésus Crucifié : “Le monde et les communautés religieuses cherchent des nouveautés dans les dévotions et négligent la véritable dévotion au Paraclet. C’est pour cela qu’il y a l’erreur, la désunion et qu’il n’y a pas la paix et la lumière ; … c’est la lumière qui fait connaître la vérité, même dans les séminaires on la néglige… Les persécutions règnent et la jalousie existe entre les ordres religieux ; et c’est pour cela que le monde est dans les ténèbres. Toute personne qui invoquera l’Esprit Saint et aura sa véritable dévotion, ne mourra pas dans l’erreur”.

A PROPOS DE L’EGLISE CATHOLIQUE…

Dans le dédale de l’histoire des religions, il faut rappeler que dans les textes sacrés faisant référence notamment à la bible, n’apparaît que le terme “Eglise” (assemblée religieuse).

L’Église n’est pas qualifiée une seule fois de « catholique » ou d’« universelle » dans les textes du Nouveau Testament. Il reste néanmoins très clair que les Églises sont « une » dans l’Église, que les chrétiens doivent chercher à toujours être bien d’accord entre eux, que l’Évangile doit se répandre jusqu’aux extrémités de la Terre et parmi toutes les nations, que l’Église est ouverte à tous les peuples, qu’elle doit être sans division. Dans la pratique, il en est tout autre, malheureusement !

Ainsi, il apparaît bien souvent que les personnes sollicitant une aide spirituelle, en France, ignorent totalement qu’il existe différentes églises d’obédience catholique (universelle). En effet ici et là, les chrétiens se réfèrent inconsciemment à l’église catholique apostolique romaine représentant près d’un milliard de baptisés sur Terre. Toutefois, pour être pointilleux, l’église catholique apostolique romaine ne peut s’arroger ou si vous préférez être le propriétaire intellectuel du terme “catholique’ et encore moins se prévaloir d’être l’unique interlocuteur catholique sur Terre. Les chrétiens doivent comprendre que L’Église dite catholique (universelle) doit se concevoir comme une communion d’Églises locales ou particulières, c’est-à-dire ayant chacune un territoire et un évêque à sa tête. Par voie de conséquence, le découpage territorial ne se traduit pas uniquement sous l’appellation de “diocèse”.

La composition de l’Église catholique ne se réduit pas à l’Église dite « latine », même si celle-ci représente au moins 98 % du catholicisme. Les Églises catholiques orientales (chaldéenne, syrienne, libanaise, une petite fraction des Coptes et des grecques) se sont le plus souvent unies à Rome au XIXe siècle. Elles reconnaissent l’autorité et la primauté du pape, et font pleinement partie de l’Église catholique. Leur organisation canonique (y compris, par exemple, l’ordination sacerdotale d’hommes mariés) et surtout leur liturgie ont toutefois conservé des caractères orthodoxes. À la différence des uniates, l’Église maronite est une Église catholique orientale non issue d’une Église-mère orthodoxe et qui ne s’est jamais séparée de l’Église catholique.

À l’extérieur de l’Église catholique, certaines Églises et communautés chrétiennes emploient le mot « catholique » dans leur dénomination, sans pour autant reconnaître, dans la pratique sinon en théorie, la primauté du pape de Rome, par exemple l’Église vieille-catholique, qui regroupe environ un million de fidèles aux États-Unis, en Pologne, en Allemagne, en Autriche, en Suisse, ou encore notre Petite Eglise Apostolique Vieille Catholique.

Pour résumer, et comme l’indique l’article du site aleteia du 23 août 2016 : “tous les catholiques ne sont pas catholiques latins. Il s’agit là d’une des innombrables richesses du trésor infini de l’Église qui est Une, Sainte, catholique et Apostolique ! Le Concile Vatican II a reconnu que tous les rites approuvés par l’Église catholique ont la même dignité et les mêmes droits et doivent être préservés et promus.

D’ailleurs, s’agissant de rite, une autre confusion fréquente est faite entre le rite latin et le rite romain : les termes sont souvent utilisés comme synonymes, mais techniquement, en plus du rite romain, il existe aussi d’autres rites latins de certaines Églises locales, comme le rite ambrosien, par exemple. Mais ils ne sont pas rattachés aux Églises autonomes sui juris, étant des rites différents au sein de la même tradition latine de l’Église catholique. En ce qui concerne les rites orientaux, les différences sont plus marquées par la diversité des traditions et il existe des liens historiques entre les rites et les Églises sui juris spécifiques qui les adoptent : rite alexandrin ou copte, byzantin, antiochien ou syriaque occidental, chaldéen ou syriaque oriental, arménien et maronite.

Mais quelles sont-elles, en fin de compte, toutes ces Églises catholiques ? En voici la liste :

DE RITE OCCIDENTAL

Tradition liturgique occidentale (NDLR) :

Rite gallican
Rite de Braga
Rite mozarabe dérivé du gallican (Tolède – Espagne)
Rite grégorien par dom Gueranger
Rite lyonnais
Rite dominicain
Rite cartusien (chartreux)
Rite ambrosien rétabli par St Charles Borromée (Milan – Italie)

Tradition liturgique latine ou romaine :

Rite extraordinaire romain traditionnel tridentin
Rite latin de l’Église catholique apostolique romaine (siège à Rome)

DE RITES ORIENTAUX

Tradition liturgique alexandrine :

Église catholique copte (patriarcat ; siège au Caire, Egypte)
Église catholique éthiopienne (métropolitanat ; siège à Addis-Abeba, Ethiopie)
Église catholique érythréenne (métropolitanat ; siège à Asmara, Erythrée)

Tradition liturgique byzantine :

Église grecque melkite catholique (patriarcat ; siège à Damas, Syrie)
Église grecque catholique byzantine (éparchie ; siège à Athènes, Grèce)
Église catholique byzantine italo-albanaise (éparchie ; siège en Sicile, Italie)
Église grecque catholique ukrainienne (archiépiscopat majeur ; siège à Kiev, Ukraine)
Église grecque catholique biélorusse (appelée aussi catholique byzantine biélorusse)
Église grecque russe (siège à Novossibirsk, Russie)
Église grecque catholique bulgare (éparchie ; siège à Sofia, Bulgarie)
Église catholique byzantine slovaque (métropolitanat ; siège à Prešov, Slovaquie)
Église grecque catholique hongroise (métropolitanat ; siège à Nyiregyhaza, Hongrie)
Église catholique byzantine de Croatie et Serbie (éparchie ; sièges à Križevci, Croatie, et à Ruski Krstur, Serbie)
Église grecque catholique romaine (archiépiscopat majeur ; siège à Blaj, Roumanie
Église catholique byzantine ruthène (métropolitanat ; siège à Pittsburgh, Etats-Unis)
Église catholique byzantine albanaise (éparchie ; siège à Fier, Albanie)
Église grecque catholique macédonienne (exarchat ou éparchie ; siège à Escópia, Macédoine)

Tradition liturgique arménienne :

Église catholique arménienne (patriarcat ; siège à Beyrouth, Liban)

Tradition liturgique maronite :

Église maronite (patriarcat ; siège à Bkerké, Liban)

Tradition liturgique antiochène ou syriaque occidentale :

Église catholique syriaque (patriarcat ; siège à Beyrouth, Liban)
Église catholique syro-malankare (archiépiscopat majeur ; siège à Trivandrum, Inde)

Tradition liturgique chaldéenne ou syriaque orientale :

Église catholique chaldéenne (patriarcat ; siège à Bagdad, Irak)
Église catholique syro-malabar (archiépiscopat majeur ; siège à Cochim, Inde)