A PROPOS DE LA PENTECÔTE

Lorsque vers 30-33, le Christ meurt à Jérusalem, ses disciples se retrouvent démunis : celui qu’ils prenaient pour le messie guerrier meurt comme un malfaiteur. Or, Jésus est bien le messie souffrant annoncé par le prophète Isaïe. Sa victoire n’est pas politique mais eschatologique : Jésus a vaincu la mort et offre aux hommes de partager cette libération. La Résurrection de Jésus en tant que fait historique, le récit de cet évènement par les témoins est, lui, historique et entre dans le champ de l’histoire, notamment celui de l’histoire de l’Eglise universelle.

A qui annoncer cette bonne nouvelle sinon aux Juifs ? Bien loin d’appeler à la fondation d’une nouvelle religion, le message de Jésus se place dans la continuité de la promesse faite à Abraham, à Moïse et aux prophètes : Dieu s’occupe plus particulièrement d’un peuple qu’il a choisi. C’est à ce peuple qu’il s’est adressé, c’est à ce peuple de comprendre que Jésus est bien le messie annoncé.

Aussi, Pierre, Jean et les autres Apôtres continuent à mener leur vie juive : ils vont au Temple et respectent les prescriptions de la Loi. La seule nouveauté étant qu’ils prêchent l’Evangile…. car Jésus est venu réformer l’ancienne alliance (ancien testament) pour proclamer la nouvelle alliance (nouveau testament). Les Apôtres dont Marie-Madeleine Apôtre des Apôtres, veulent convaincre les habitants de Jérusalem d’accepter ce qui constitue pour eux une évidence : le messie que l’on attendait est enfin venu et il a vaincu la mort spirituelle de l’âme ! Mais , très vite, la première communauté judéo-chrétienne se trouve confrontée à une grave déconvenue. La majorité de leurs coreligionnaires juifs les méprise, alors que le contact s’établit avec le monde païen, en Palestine même (occupants romains, commerçants grecs ou orientaux,…).

Bien plus, les habitants de Jérusalem se montrent très hostiles à ce message : Etienne, qui était juif et qui n’était pas l’un des Apôtres, mais dirigeait la fraction de langue grecque de la communauté, s’attire leur haine et meurt lapidé (vers 34). Beaucoup de chrétiens quittent donc la ville sainte Jérusalem pour se rendre en Judée ou la Samarie. Certains rejoignent même la diaspora (en grec la “dispersion”), c’est-à-dire l’ensemble des Juifs vivant à l’étranger qui avaient donc quitté Israël de leur propre initiative ou sous la contrainte de déportations. Ils vivent étroitement groupés en communautés locales, parfois très importantes comme à Alexandrie ou Rome, sans rompre le lien avec leur capitale spirituelle, Jérusalem. Ils s’y rendent volontiers pour les trois grandes fêtes de pèlerinage : la Pâque, la Pentecôte, la fête des Tentes ou des Tabernacles.

Plusieurs années après (vers 60-80), Luc fait une relecture théologique de ces débuts dans le livre des Actes des Apôtres, la suite de son Evangile. Pour lui, cet esprit missionnaire et cette vocation universelle ne peuvent s’expliquer que par l’Esprit qui anime les Apôtres et les premiers chrétiens, les pousse à proclamer la foi de façon convaincante et à se tourner non seulement vers les Juifs, mais aussi vers les païens. Selon Luc, ce don de l’Esprit évoqué au début des Actes (Ac 2, 1-41), a lieu le soir de la fête juive de la Pentecôte, cinquante jours après la Pâque et la résurrection de Jésus.

La Pentecôte étant la fête juive qui célébrait la naissance du peuple d’Israël, ont voit le lien entre cette célébration et la naissance du nouveau peuple de Dieu sous l’impulsion de l’Esprit Saint ; l’une “annule” la précédente ! Cette action de l’Esprit est clairement manifestée par le vent et le feu, signes de la présence de Dieu dans la Bible. La foule dont les Apôtres se font comprendre malgré les différences de langage, représente, par son caractère cosmopolite, la vocation de tous les peuples et à fortiori de cultures différentes à entrer dans l’alliance nouvelle et à rejoindre le nouveau peuple universel de Dieu que l’on nomme : Eglise (avec un ‘E’ majuscule).

La Pentecôte est ainsi restée dans la mémoire chrétienne comme la manifestation du don de l’Esprit aux Apôtres et à l’Eglise universelle pour les soutenir dans leur mission d’annoncer au monde entier la bonne nouvelle du salut de l’âme en Jésus ressuscité car Il a vaincu la mort et à fortiori Satan et toutes ses oeuvres mauvaises ayant pour but ultime de nous éloigner de Dieu afin de nous posséder !

Le fête de la Pentecôte conclut la période pascale (Pâques) toute entière consacrée à la célébration de Jésus ressuscité et vivant à jamais.

 

À propos de l'auteur: Sce Publication