LA SEMAINE SAINTE

Dans la continuité du Carême qui nous invite à mettre nos pas dans ceux du Christ, la Semaine sainte démarre le dimanche des Rameaux – qui commence la Passion de Jésus – à la veillée pascale de la nuit du samedi de Pâques où l’on fait mémoire de la résurrection de Jésus.

Le Seigneur Jésus a tracé pour nous la voie du salut sur terre et du bonheur éternel dans l’au-delà, aux fins de participer avec lui à la lutte contre les puissances mauvaises qui nous dominent, à son ministère de prédication et de soulagement des souffrants, à son sacrifice d’amour pour le salut de toute l’humanité en acceptant de porter “chaque jour” (Luc 9,23) sa propre croix à sa suite.

 

Dimanche des Rameaux et de la Passion

Les disciples amenèrent l’ânon et, ayant jeté sur lui leurs manteaux, ils y firent monter Jésus. En approchant de la descente du Mont des Oliviers, la foule joyeuse des disciples se mit à louer Dieu pour les merveilles qu’ils avaient vues. Ils proclamaient :  “Béni soit le Roi qui vient au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! “ Dans la foule, des voix de Pharisiens s’élevèrent : “Maître, réprimande tes disciples ! “ Alors Jésus leur déclara : “Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront ! “  (Luc 19,35-40)

Lundi de la Semaine sainte

“Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur… Il ne criera pas et n’élèvera pas le ton, on n’entendra pas sa voix dans les rues. Il n’écrasera pas le roseau froissé et n’éteindra pas la mèche qui faiblit. Il exposera ce qui est juste en toute fidélité. Il ne faiblira pas et ne fléchira pas jusqu’à ce qu’il ait établi ce qui est juste dans le pays et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses instructions.” (Isaïe 42, 1-4)

Mardi de la Semaine sainte

Simon-Pierre demanda à Jésus : “Seigneur où vas-tu ? “ Jésus lui répondit : “Où je vais, pour le moment tu ne peux pas me suivre, mais tu me suivras plus tard. “ Pierre lui dit : “Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre dès maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi ! “ Jésus répliqua : “Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois.” (Jean 13,36 -38)

Mercredi de la Semaine sainte

Le Seigneur Dieu m’a ouvert l’oreille [comme celle d’un disciple] et moi, je n’ai pas résisté, je n’ai pas reculé. J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas dérobé ma face aux outrages ni aux crachats, et le Seigneur m’a secouru. Voilà pourquoi je n’ai pas été déshonoré.” (Isaïe 50, 5-7)

Jeudi de la Semaine sainte

 

 

 

 

Jésus dit à Simon-Pierre : “Ce que je veux faire [en te lavant les pieds], tu ne le sais pas maintenant, mais plus tard tu comprendras.” (Jean 13,10)

 

 

 

 

“Chaque fois que vous mangez ce Pain [consacré] et que vous buvez à cette Coupe [du Sang du Christ], vous proclamez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne.” (1 Corinthiens 11,26)

Vendredi de la Semaine sainte (39e jour du Carême)

“Mon Serviteur était méprisé, abandonné de tous, homme de douleurs, familier de la souffrance, semblable à quelqu’un dont on se détourne ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien. Pourtant, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il s’était chargé… C’est à cause de nos fautes qu’il a été transpercé, c’est par nos péchés qu’il a été broyé.” (Isaïe 53, 3-5)

Voyant sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, Jésus [en croix] dit à sa mère : “Femme, voici ton fils.” Puis il dit au disciple : “Voilà ta mère.” Et  à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui… Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : “Tout es accompli.” Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. (Jean 19, 26-27,30)

À propos de l'auteur: Sce Publication