SERMON DE SAINT LEON LE GRAND

Lecture I

Le Christ Jésus, exalté sur le bois, fit retomber la mort sur l’auteur de la mort, et brisa toutes les principautés et les puissances adverses en leur abandonnant sa chair passible ; il laissa s’acharner contre lui l’audace de cet antique ennemi qui, dans sa lutte contre une nature qu’il s’était asservie, osait exiger un dû de là même où il ne pouvait trouver trace de péché. Dès lors la cédule de mort qui nous concernait tous n’avait plus de sens et passait sous le pouvoir du Rédempteur.

 

Lecture II

Ces clous qui avaient transpercé les mains et les pieds du Seigneur infligèrent au diable des blessures éternelles et le supplice qui broya les membres du Sauveur détruisit la puissance ennemie. C’est ainsi que le Christ consomma sa victoire : désormais en lui et par lui triompheraient tous ceux qui croiraient en lui. Glorifié par l’exaltation de son corps crucifié, le Seigneur poursuivait la réconciliation du monde, du haut lieu de son supplice ; il appelait le larron converti aux demeures du paradis. Et vous, princes des Juifs et Docteurs de la loi, loin de vous laisser toucher par le remords de votre impiété, loin d’être calmés par la réalisation de votre crime, vous ajoutez aux blessures des clous les traits de vos langues  :  Il en a sauvé d’autres, dites-vous, et il ne peut se sauver lui-même. S’il est roi d’Israël, qu’il descende de la croix, et nous croirons en lui !

 

Lecture III

Quant à nous, mes bien-aimés, délivrés de la nuit de l’ignorance, nous avons reçu la lumière de la foi et, appelés à l’adoption par libre choix de Dieu, nous sommes entrés dans l’héritage du nouveau Testament. Réjouissons-nous donc en cette fête que l’Israël selon la chair a perdue : Le Christ, notre Pâque, a été immolé. Sa grâce ineffable nous bénit et nous enrichit gratuitement de ses dons, elle nous fait passer de la vétusté à la nouveauté. Non seulement elle nous rend le royaume céleste, par le secours de notre Seigneur Jésus-Christ, qui avec le Père et le Saint-Esprit vit et règne dans les siècles des siècles. Amen.

 

 

 

À propos de l'auteur: Sce Publication